L’impact des mots …..Caresse ou coup de poing ? 15


Il suffit de quelques mots….de simples mots…..et pourtant…..

?????????

 

Avez-vous déjà ressenti comme un coup de  poignard, vous êtes vous déjà senti éclaboussé, sali  ou nié par des mots ou des allusions ? Rabaissé, jugé….

Certaines phrases peuvent blesser profondément ou entamer la confiance, l’estime de soi et souvent au cœur de l’enfance alors que  la candeur porte à croire que la parole de l’adultes est à prendre comme une Vérité.

« Tu es nul , génial »….  « Tu es timide, sage, gentil, terrible » … « Tu es  intelligent, bête…. »…Voici une collection d’étiquettes qui fait l’amalgame entre le comportement et l’identité de la personne.

Lorsque il s’agit  « d’Etre….ceci ou cela »…..il s’agit bien de l’ETRE…..de la personne…..d’un individu unique….et à part entière. Force est de constater que tout individu peut avoir des comportements inadéquats, gênants, malvenus ou carrément odieux……et pourtant le comportement  peut changer, pour peu qu’il ne soit pas perçu comme un trait de caractère inéluctable et que la personne elle même, génère des conditions favorables au changement.

Si c’est un chemin plus ou moins long, selon chacun, il peut être agréable et même drôle de le parcourir, pour peu que l’on se prête au jeu et que l’on s’observe avec humour et bienveillance dans notre humanité haute en couleurs.

Si les mots on un impact sur l’autre, ils ont un impact métabolique sur la personne qui les prononcent.

La pensée, véhiculée par les mots, a un impact biologique avéré. Il est constaté, grâce à l’IRM, que la pensée modifie l’activité des centres et circuits cérébraux.

Il y a une interaction permanente entre psychique et biologique, sans qu’on puisse les réduire l’un à l’autre. Selon le type de pensées et de mots employés, les zones cérébrales et les connections neuronales sont différentes. Les émotions et sentiments qui en résultent également, chacun(e) de nous l’a expérimenté.

Désormais les émotions peuvent être identifiées par l’imagerie médicale (empathie, colère, tristesse, joie…) Ils activent des zones cérébrales différentes avec en corollaire la production d’hormones qui ont des effets sur les comportements humains.

La qualité de nos pensées et des mots employés offre des perspectives de changements, actuellement explorées par les neuroscientifiques.

Des découvertes récentes en neurosciences offrent un nouveau regard sur les possibilités de mobiliser de nouvelles connections neuronales grâce à la plasticité du cerveau.

Découvrir ou redécouvrir la puissance des mots et des pensées, leur impact positif sur la vie, sur la santé,  les objectifs et les relations humaines, reste l’un des plus beaux cadeaux à s’offrir à soi-même et aux autres.

Nous vous retrouvons le samedi  7 Février 2015 pour un Atelier Parental sur la communication constructive.

Réservez votre place  au 06.86.52.40.09 ou atelier coaching@outlook.fr

Pour aller plus loin avec la Communication Non Violente « Les mots sont des fenêtres (ou des murs), initiation à la communication non violente » de Marshall D. Rosenberg


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

15 commentaires sur “L’impact des mots …..Caresse ou coup de poing ?

  • Yannis

    J’adhère entièrement à ce message.
    On ne se rend pas compte du pouvoir des mots sur le caractère. Pourtant, chaque mot a sa fréquence vibratoire qui crée une réaction physiologique et psychologique.
    Un exemple simple pour mieux comprendre : prenez quelqu’un élevé dans un cadre où le vocabulaire est « fleuri », vulgaire ou irrespectueux et essayez de l’imaginer en train de parler.
    Je doute qu’il vous vienne l’image d’un personnage au langage châtié :-).
    C’est d’ailleurs pour cela qu’il est fréquent de rencontrer des jeunes parents qui ont changé leur propre vocabulaire à la naissance de leur enfant.
    Le langage est un élément fondamental d’éducation et de conditionnement : l’Histoire nous le prouve, pourquoi brûler les livres dans les régimes dictatoriaux si ce n’est pas pour couper les gens d’une culture vaste et variée ? Dans le but de reformater les esprits ?

  • mg4a Auteur du billet

    Merci Yannis, en effet les mots sont les témoins de  » l’histoire » ou un des moyens de la détourner et un levier puissant dans l’éducation. Ils expriment à la fois la pensées, les valeurs, les idées et les émotions…des émotions qui ne sont pas toujours conscientes et qui peuvent jaillir comme des geysers, un langage fleuri ou un tsunami. Les parents, les enseignants et chaque personne qui se sent responsable pour construire le futur a, d’une certaine manière, un réajustement à faire pour utiliser les mots d’une manière qui traduise qui il EST vraiment et ce VERS quoi il va.

  • Pascale

    Faire une pause dans nos vies et s’écouter parler…. « Je m’éclate »: pas douloureusement j’espère, « c’est trop bon » : pourquoi trop ?, « ça me tue »: oups ! vraiment ?
    Nous employons tous des expressions qui, si nous les percevons avec une oreille attentive, disent beaucoup des portes que l’on se ferme. Les mots qui disent tant des maux dont nous souffrons. Je suis entièrement d’accord les mots sont vibrations alors prenons le temps, offrons nous une pause avec Marie Gabrielle.
    Bravo pour ton travail !!

    • Yannis

      Pour aller dans ce sens, je ne réponds plus « je suis mal » à la question « comment ça va ? ». Aujourd’hui j’emploie le français correct « je vais mal ».
      La 1ère formulation suggère que je ne suis pas une bonne personne/ quelqu’un de bien / de bonne compagnie, la 2ème n’indique qu’un état passager de mon être.

        • Marie-Gabrielle Auteur du billet

          Merci Yannis d’apporter cette nuance d’importance : « l’état passager », la temporalité. En effet, dans le langage, resituer l’état interne ou externe dans un contexte et une temporalité amène à changer de regard sur les aléas de la vie. L’inconvénient ou l’épreuve d’aujourd’hui évolue en fonction de la manière dont chacun de nous la perçoit, la vit et passe à l’action. Pour certains d’entre nous, ce qui existe aujourd’hui existera demain. L’idée rassurante que ce et ceux qui nous entourent seront toujours là dans 1 minute, 1 jour, 1 an, rassure et sécurise. De la même manière, cela peut-être limitant si l’on considère qu’un problème ponctuel est permanent…
          Il y a cependant des problèmes reconnus comme permanents….cela fera l’objet d’un prochain billet

  • Corine

    Oui cet article plus particulièrement me « parle »…tant il est vrai que les mots ont de l’importance. Je suis dans la lignée des psychanalystes Lacaniens où « le langage structure la pensée » ou comme dit Françoise Dolto « tout est langage ». Oui, l’homme se distingue en tant que tel car il dispose d’un langage pour accéder au symbolique, au réel et à l’imaginaire qui l’habite. L’altération, le défaut, le non-sens…de ce langage altère ses possibilités de se situer dans son environnement parmi les autres à sa juste place!

    Et bravo pour ce blog très intéressant !

    • Marie-Gabrielle Auteur du billet

      Le réel et l’imaginaire, voici un sujet qui me parle et m’inspire….merci Corinne, ton commentaire m’amène à l’imaginaire pour mieux parler d’une réalité….celle que je vois et vis, en fait « la mienne »…car n’y a t-il pas autant réalité que d’êtres ?

      Merci pour ton retour positif !

  • Valérie

    Je suis profondément convaincue que nous ne sommes pas ce que nous faisons.
    Notre être se trouve ailleurs…
    Et cela commence par notre profession, je ne suis pas psychothérapeute, j’accompagne mes patients grâce à la psychothérapie, je fais de la psychothérapie mais moi, Valérie, je suis autre chose et ailleurs;

    • Marie-Gabrielle Auteur du billet

      Je suis heureuse de te retrouver sur ce Blog Valérie, merci pour ton commentaire qui anime cet espace de partage tout en créant l’opportunité de parler de ta belle profession. Au plaisir de te revoir et de partager un moment dans « l’ETRE »

  • claudine

    La puissance des mots, c’est un beau sujet… les mots peuvent anéantir quelqu’un comme ils peuvent le sauver… et ce qui est formidable, c’est de savoir que l’on peut aujourd’hui réparer les maux causés par des mots grâce à d’autres mots….bravo Marie pour ton engagement!!

    • Marie-Gabrielle Auteur du billet

      Merci Claudine, oui les neuro-sciences et les récentes expérimentations faites sur le fonctionnement du cerveau nous permettent d’en prendre la mesure. Merci pour ce commentaire constructif et pour tes encouragements. Pour aller plus loin : « Le troisième cerveau » de Christophe André
      Un autre plus ancien et pour autant éclairant : « Un cerveau pour changer » de Richard Bandler

  • Elvana

    « Merci pour cet article Marie Gabrielle.

    « Les paroles peuvent être source de vie ou de mort » disait Salomon, roi d’Israël.

    Quand nos attentions sont bonnes, nos gestes et nos paroles vont refléter nos prédispositions d’une manière ou d’une autre. Si en plus, nous portons notre attention sur une formulation positive des phrases, alors les résultats seront très bénéfiques pour nous et pour les autres :)